Interview | FFBB

Interview

Message d'erreur

Warning : array_flip(): Can only flip STRING and INTEGER values! dans EntityCacheControllerHelper::entityCacheLoad() (ligne 73 dans /var/home/ffbb/public_html/sites/all/modules/contrib/entitycache/includes/entitycache.entitycachecontrollerhelper.inc).
Trophée Alain Gilles 2021
"Quand on regarde où j’étais il y a 10 mois…"
A bientôt 33 ans, Nicolas Batum a été élu meilleur basketteur français de l’année et succède à Rudy Gobert au palmarès du trophée Alain Gilles.
"Nos deux équipes médaillées c’est une grande fierté."
Joueur, entraineur puis consultant TV, Jacques Monclar n’a jamais été très loin des parquets. Il garde un œil très attentif et passionné sur son sport et sur les Équipes de Fr...
"Toujours difficile de faire un choix"
La coach des Bleues a pris le temps depuis son hôtel de Mulhouse de dresser un premier bilan de la préparation à l'Euro.
"Un potentiel à exploiter"
Le Vice-Président de la FFBB, Jean-Pierre Hunckler, présente l’opération Retour au Jeu, un plan d’aide et d’accompagnement destiné aux clubs et aux Comités Départementaux.

"Quand on regarde où j’étais il y a 10 mois…"

Corps: 
 
Vous attendiez-vous à remporter le trophée Alain Gilles cette année ?
Pas forcément (il sourit)… quand on voit la saison de Rudy Gobert, d’Evan Fournier, d’Alexia Chartereau, de Sandrine Gruda. Pourquoi moi ? Surtout quand on regarde où j’étais il y a 10 mois. C’est d’ailleurs sans doute ça qui a fait pencher la balance.
 
Est-ce la force du story telling ?
Sûrement ! Je pars d’une équipe qui n’était pas très forte et où je ne jouais plus du tout pour derrière avoir le troisième temps de jeu d’une équipe candidate au titre. En plus on élimine Rudy Gobert en playoffs et j’ai un grand rôle dans cette série. Mon quart de finale contre l’Italie aux Jeux Olympiques et le contre sur Klemen Prepelic en demi-finale, toutes ces petites choses additionnées ont sans doute poussé les gens à voter pour moi. Je n’ai pas gagné beaucoup de prix individuels et celui-là est particulier justement par rapport à ma situation il y a un an. Cela fait vraiment plaisir d’avoir la reconnaissance de mes pairs.
 
Lorsque le jury a été réuni à Paris, un des votants a, comme beaucoup, eu du mal à choisir un vainqueur, expliquant être obligé de voter Rudy Gobert en numéro un tout en indiquant qu’il aimerait vous voir gagner. Est-ce la confirmation que votre cote de popularité n’a pas trop souffert de vos saisons compliquées à Charlotte ?
Ça a quand même été un virage à 180° en douze mois. Beaucoup de monde, surtout en France, me mettait à la retraite. Je n’avais même plus le niveau pour jouer en Pro A ou en Pro B… Aujourd’hui on me dit que j’en ai fermé des bouches. Mais je m’en fiche. Ce que je voulais c’est avant tout me prouver des choses à moi-même. Je savais pourquoi je n’avais pas joué à Charlotte. Entre le coach et moi ça ne matchait pas. Et cela ne m’est arrivé qu’une fois dans ma vie. Cette année j’ai repris du plaisir à jouer, dans deux équipes qui ont gagné. Et en jouant 30 minutes à chaque fois. Cela montre la confiance que les entraîneurs avaient pour moi.
 
 
Comment allez-vous faire désormais pour conserver votre trophée Alain Gilles en 2022 ?
J’espère que je serai battu. Il y a tellement de joueurs et de joueuses qui ont le talent pour. Je leur souhaite le meilleur. On sait bien que Rudy Gobert est là pour longtemps. J’espère que les joueuses de l’ASVEL vont performer. Si je peux le garder tant mieux aussi… Ce trophée c’est le plus beau que j’ai reçu.
 
Retrouvez l’intégralité de l’interview dans le Basketball Magazine à paraître en novembre

 

Surtitre: 
Trophée Alain Gilles 2021
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Vendredi, 15. Octobre 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
A bientôt 33 ans, Nicolas Batum a été élu meilleur basketteur français de l’année et succède à Rudy Gobert au palmarès du trophée Alain Gilles.
crédit: 
Agathe Breton/FFBB
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/OhCIRfr480k" title="YouTube video player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>
Pour Newsletter: 

"Nos deux équipes médaillées c’est une grande fierté."

Corps: 

Votre saison s’annonce chargée ?
Nous allons reprendre pour la 10e saison NBA sur beIN SPORTS. L’émission reprendra le 17 octobre, tous les jours de 12h45 à 13h30. J’assurerai aussi quelques commentaires de match NBA ici ou là. Je ferais quelques apparitions radio aussi auprès d’Europe 1 et j’interviendrai dans quelques conférences d’entreprise. C’est bien beIN SPORTS qui occupe la majeure partie de mon temps.

Comment appréhendez-vous votre rôle de consultant ?
J’ai commencé à être consultant de manière ponctuelle en 1992 et 1996 lors des Jeux Olympiques sur TF1. C’est à partir du moment où je suis coach à Paris (2002-2004) que je commence vraiment à être un consultant récurrent. C’est un regard plus analytique, on n’est pas là pour faire gagner une équipe. Nous sommes là pour regarder le jeu, les composants du jeu que sont les joueurs et les méthodes employées. Nous sommes là pour apprécier, pour valoriser le spectacle proposé tel qu’on le voit. On ne doit pas être ni trop pédagogique ni trop technique. Il s’agit d’expliquer avec des mots simples des choses qui peuvent paraitre compliquées.

 Vous gardez un œil attentif sur les Équipes de France, comment jugez-vous les dernières performances des Bleus aux Jeux Olympiques de Tokyo ?
C’est le fruit d’un travail de base. Ce n’est pas une génération exceptionnelle quand on est là tous les ans. Nous en 1984 ça faisait 24 ans qu’on n’était pas allé aux Jeux, en 2000 ça faisait 16 ans et de 2000 à 2012 y’a eu 12 ans donc c’est une excellente habitude de se qualifier comme cela a été fait. Après les garçons et Vincent Collet ont délivré un tournoi de très haut niveau avec une belle finale. C’était un tournoi très réussi avec des matches en suspense total contre la Slovénie et même l’Italie et après y’a la finale on n’est pas loin. C’était magnifique ! Et y’a les filles qui réussissent à gagner le bronze, alors qu’elles viennent de prendre une sérieuse claque en demi-finale contre le Japon. Elles ont eu des ressources magnifiques, elles arrachent le bronze. Nos deux équipes médaillées c’est une grande fierté.

Vous êtes un ardant défenseur du maillot bleu, voir l’attachement des joueurs à ce maillot vous fait plaisir ?
Nando De Colo, Nicolas Batum, Evan Fournier sont des garçons qui sont fidèles à ce maillot. Ce sont aussi des copains depuis l’éternité, ils ont joué ensemble en jeunes. Autant ils changent de clubs en NBA, ou ailleurs, autant là c’est toujours la même équipe. Evan (Fournier) et Rudy (Gobert) ils jouent ensemble depuis une éternité, c’est un axe fort. Je trouve qu’il y a une notion d’équipe, notion presque de club France qui a été réalisé par Vincent Collet que je trouve remarquable.

Avez-vous toujours cette âme du supporter pour cette Équipe de France ?
Je ne vais pas hurler avec une crécelle et une perruque Bleu Blanc Rouge. Je ne vais pas faire le fou mais oui ça me prend aux tripes. Les matches contre l’Italie, la Slovénie et les Ricains en finale ça prend aux tripes quand même. Quand j’étais joueur ou coach, c’était pareil.

Quelle importance a pour vous l’Histoire pour le basket ?
L’Histoire ça doit être naturelle, ça doit faire partie de l’ADN d’un sport. Je trouve que les choses sont bien faites en ce moment autour du basket. L’image est positive, nos garçons, au-delà des victoires, ont donné une excellente image. Idem pour les filles. Le Trocadéro c’était super mignon.

Le club des internationaux a-t-il un rôle à jouer ?
Il y a des gens comme Fija qui s’occupe bien du Club des Internationaux. Il représente les internationaux, si demain Evan Fournier, Rudy Gobert et les autres prennent la carte c’est bien aussi. Je pense que c’est la possibilité d’avoir, ici ou là, un moment déchange avec des gens qui ont donné à ce maillot et ceux qui donnent en ce moment. C’est une manière de se réunir aussi et de maintenir un fil. Quand on me demande je réponds présent, même si je ne suis pas trop sur les évènements pour des histoires d’emploi du temps et des histoires de famille aussi car je suis trois fois grand-père et ça occupe.

 

Jacques Monclar en bref
Né le 2 avril 1957 (64 ans) à Neuilly-sur-Seine
Meneur / Arrière

201 sélections et 1004 points en Équipe de France de 1978 à 1988
1 JO 1984
1 Mondial 1986
4 Championnats d’Europe

Carrière joueur :
1977-1978 : Racing Club de France
1978-1982 : ASVEL
1982-1983 : SCM Le Mans
1983-1986 : ASVEL
1986-1988 : Limoges
1988-1989 : Antibes

Palmarès joueur :
Coupe des Coupes 1988
Champion de France 1981, 1988
Coupe de France 1984, 1988

Carrière entraineur :
1988-1996 : Antibes
1996-1997 : Pau-Orthez
1998-1999 : Limoges
1999-2002 : Antibes
2002-2004 : Paris
2005-2007 : JDA Dijon
2007 : Sélectionneur Côte d’Ivoire

Palmarès entraineur :
Champion de France 1991, 1996
Coupe de France 2006

Distinctions individuelles :
Entraîneur de l’année en 1995
Légion d’honneur en 2005
Académie du Basket en 2011
Lucarne d’or du meilleur binôme de commentateurs hors foot pour son duo avec David Cozette sur Canal+ en 2012
Lucarne d’or du meilleur consultant omnisport en 2013

Catégorie: 
Surtitre: 
Que sont-ils devenus ?
Date d’écriture: 
Vendredi, 8. Octobre 2021
Vignette: 
Jacques Monclar
Chapeau: 
Joueur, entraineur puis consultant TV, Jacques Monclar n’a jamais été très loin des parquets. Il garde un œil très attentif et passionné sur son sport et sur les Équipes de France. Rencontre avec un monument et une voix unique du basket français.
Pour Newsletter: 

"Toujours difficile de faire un choix"

Corps: 

Au sortir d'une première partie à Toulouse, terminée par deux succès probants face à l'Espagne, les Tricolores entament un nouveau bloc de travail et quatre rencontres à Mulhouse, face à l'Italie à deux reprises, la Suède et la Turquie. Elle évoque aussi les choix que le staff aura à faire dans quelques jours pour sélectionner les douze joueuses pour la compétition du 17 au 27 juin à Strasbourg et Valence (Espagne).
 


 

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
À Mulhouse, Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Dimanche, 30. Mai 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
La coach des Bleues a pris le temps depuis son hôtel de Mulhouse de dresser un premier bilan de la préparation à l'Euro.
Pour Newsletter: 

"Un potentiel à exploiter"

Corps: 

Comment a été pensé le programme Retour au Jeu ?
La Fédération souhaitait accompagner la période de sortie du confinement en étant aux côtés de celles et ceux qui veulent reprendre une activité physique plus ou moins encadrée. Bien évidemment nous sommes à l’écoute des directives concernant le sport mais en attendant il a été décidé de mettre en place un dispositif assez complet qui peut être à destination des clubs, des Comités Départementaux voire des Ligues Régionales, afin qu’elles organisent des opérations basket aux couleurs de Retour au Jeu et les faire connaître du grand public. Le projet a été présenté le dimanche 26 avril dans le cadre d’un séminaire qui était prévu en marge des Coupes de France et qui a été maintenu en visio-conférence. Pendant le confinement la FFBB n’a jamais cessé son activité, elle a continué à travailler et il faut d’abord saluer les efforts des salariés et des élus.

A quel point était-il important de se projeter vers une perspective positive ?
La situation a forcément engendré une rupture de contact entre les Comités Départementaux et les clubs. Ces derniers s’interrogent beaucoup sur la façon dont l’activité basket pourra reprendre. Il faut donc positiver et penser que des événements pourraient être organisés fin juin ou juillet. Les championnats ont été arrêtés à la mi-mars et il semblait inconcevable de passer six mois sans basket en attendant une éventuelle reprise en septembre. "Retour au Jeu" est un moyen de se réinventer, de sortir du cadre traditionnel du basket organisé autour des entraînements et des championnats. C’est un véritable outil d’actions territoriales qui peuvent être pilotées par les Comités ou les Ligues autour de clubs volontaires qui souhaitent organiser des tournois de 3x3, de 5x5 ou d’autres pratiques. C’est également un magnifique support pour nos partenaires afin d’être associés à des actions positives et utiles à la société.

Retour au Jeu, comment ça marche ?
Retour au Jeu est un programme fédéral d’actions territoriales piloté, avec la contribution des Comités Départementaux et Territoriaux, donnant la main aux clubs volontaires organisant des tournois amicaux 5x5, 3x3 et des activités VxE ou autres projets de "Retour au Jeu" dans le respect des règles sanitaires. Trois grandes phases ont été dégagées. La première entre le 11 mai et le 3 juillet (scolaire) centrée autour des tournois de fin de saison et du soutien aux opérations sur le temps scolaire, la deuxième du 6 juillet au 3 septembre (vacances) articulée autour des stages et de l’organisation d’Open Plus et Open Plus Accès et la dernière 4 septembre au 30 juin 2021 (reprise) entre tournois, rassemblements et formations de proximité. Les démarches seront simplifiées et disponibles uniquement en ligne.


Le fonds Retour au Jeu prévoit également la mise à disposition par la FFBB de 20 terrains mobiles de 3x3. Ceci afin de favoriser le développement du basket 3x3, les terrains pouvant être utilisés dans le cadre d’Opens et d’animations locales.

Catégorie: 
Surtitre: 
Retour au Jeu
Date d’écriture: 
Mardi, 5. Mai 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Le Vice-Président de la FFBB, Jean-Pierre Hunckler, présente l’opération Retour au Jeu, un plan d’aide et d’accompagnement destiné aux clubs et aux Comités Départementaux.
S'abonner à RSS - Interview