Equipe de France masculine | FFBB

Equipe de France masculine

Message d'erreur

Warning : array_flip(): Can only flip STRING and INTEGER values! dans EntityCacheControllerHelper::entityCacheLoad() (ligne 73 dans /var/home/ffbb/public_html/sites/all/modules/contrib/entitycache/includes/entitycache.entitycachecontrollerhelper.inc).

Eddie Viator honoré pour son dernier match

Corps: 

Licencié depuis toujours au club de Sarcelles (95), Eddie Viator (49 ans) a « sifflé » 630 matches de Pro A, et près de 200 matches internationaux dont la finale de la Coupe du Monde masculine en 2014 et la finale féminine des JO 2016. Ce France-Espagne à l'Accor Arena est donc le dernier match de son immense carrière.

Récemment nommées arbitres internationales par la FIBA, les trois arbitres féminines, Marion Ortis, Amel Dahra et Laure Coanus, qui ont officié lors du match féminin, ont également mises à l’honneur par la fédération avant le début de leur rencontre.

Catégorie: 
Surtitre: 
Double choc France-Espagne
Date d’écriture: 
Samedi, 10. Juillet 2021
Vignette: 
Chapeau: 
Ce double France-Espagne à l'Accor Arena a également été l'occasion de mettre à l'honneur l'arbitrage et notamment l’arbitre international Eddie Viator, qui a arbitré la rencontre masculine. Son dernier match après une magnifique carrière débutée il y a plus de 30 ans.
Pour Newsletter: 

Une entame intéressante

Corps: 

Evan Fournier ouvre le score pour les Bleus, mais après trois replis défensifs approximatifs et 5 minutes de jeu, c’est l’Espagne qui fait un premier écart, sur un panier à 3 points de Marc Gasol 13-9 (4’50 à jouer). Le temps mort qui suit permet de replacer les choses défensivement. Vincent Collet, qui a décidé de faire tourner son effectif (10 joueurs auront foulé le parquet sur cette première période), modifie la composition de son équipe et l’entrée en jeu de Timothé Luwawu Cabarrot associée à Frank Ntilikia et Guershon Yabusele permet de passer un 14 à 3 en 3 minutes : 16-23 (8e) grâce à une belle adresse. L’Espagne recolle au score à la fin du premier quart. Les Bleus mènent de 3 pts  : 21-24 après 10 minutes.

Dans le second quart-temps, la France n’arrive pas à troubler le jeu de passes des espagnols bien rodé et l’adresse extérieure permet aux locaux de prendre 3 pts d’avance à la 14e : 33-30. La défense asphyxiante des espagnols oblige les français à sortir de leur zone de confort mais réussissent à coller au score. Le technicien tricolore, essaie beaucoup de combinaisons sur le terrain et d’association de joueurs. Le secteur intérieur peine à s’exprimer face à la mobilité des pivots adverses et Poirier reste capot à la mi-temps après 7 minutes compliquées : 44-38 à la pause.

Les coéquipiers de Ricky Rubio, très adroit sur cette rencontre (16 points), reprennent un peu d’air et comptent 8 pts d’avance à la 25e : 54-46 et il reste 6’25 dans ce 3e QT, obligeant Vincent Collet à prendre un temps-mort. Les tauliers Nando De Colo et Evan Fournier tiennent la maison France grâce à de l’adresse extérieure. Mais chaque erreur se paie cash. L’apport de Guerschon Yabusele est intéressante, mais pas suffisante pour permettre de basculer devant au score à 10 minutes du terme : 65-58.

L’adresse espagnole est de mise ce soir et les Français ne sont pas encore en place. Rodriguez ou Fernandez de loin parachèvent le succès ibérique à Malaga. Pour débuter sa préparation à Tokyo, les Bleus se sont frottés à ce qu'il se fait de mieux. Les Espagnols, plus en jambes et déjà rôdés, en ont profité pour l'emporter (86-77). Dans deux jours, les troupes de Vincent Collet pourront prendre leur revanche à l'Accor Arena. Avec le vécu de cette première sortie comme base de travail.

Surtitre: 
Equipe de France masculine
Auteur: 
À Malaga, Fabrice Canet (FFBB)
Date d’écriture: 
Jeudi, 8. Juillet 2021
Vignette: 
Chapeau: 
Pour ce premier match avant le double choc de samedi à Paris, les Bleus étaient opposés aux champions du Monde en titre. Les Espagnols qui avaient déjà deux matches derrière eux ont permis aux Tricolores d’entrer sans échauffement dans une préparation intense avant Tokyo. Les Bleus s’inclinent à Malaga (86-77).
crédit: 
(Crédit : Bacot/FFBB)
match_ID: 
655696
Pour Newsletter: 

Un début de préparation olympique sur La Chaîne L'Equipe

Corps: 

La campagne olympique vers Tokyo est lancée ! Les deux Equipes de France de Vincent Collet et Valérie Garnier disputent cette semaine leurs premiers matches de préparation en vue des Jeux Olympiques qui se déroulent du 23 juillet au 8 août. Avec au programme, quatre rencontres face à ce qui se fait de mieux au niveau européen et mondial : l'Espagne. Et qui seront diffusées sur La Chaîne L'Equipe.

Programme TV :
Jeudi 8 juillet - Malaga (Espagne)
19h30 : Match masculin - Espagne/France (retransmis en différé jeudi 08/07 à 21h05 sur La Chaîne L'Equipe, et en direct sur www.lequipe.fr)
22h00 : Match féminin - Espagne/France (retransmis en différé vendredi 09/07 à 21h05 sur La Chaîne L'Equipe, et 
en direct sur www.lequipe.fr)

Samedi 10 juillet - Accor Arena (Paris)
17h30 : Match féminin - France/Espagne (retransmis en direct sur La Chaîne L'Equipe)
20h30 : 
Match masculin- France/Espagne (retransmis en direct sur La Chaîne L'Equipe)

Billetterie : cliquer ici

Surtitre: 
Equipes de France
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 7. Juillet 2021
Vignette: 
Chapeau: 
Les deux Equipes de France, masculine et féminine, affrontent à deux reprises l'Espagne cette semaine. D'abord à Malaga ce jeudi 8 juillet, puis à l'Accor Arena de Paris samedi 10 juillet. Les quatre rencontres seront diffusées en clair sur la Chaîne L'Equipe (canal n°21 de la TNT).
Pour Newsletter: 

Collet et Garnier au contact des jeunes du PFBB

Corps: 

Mardi après-midi, pour le premier match des U18 masculins en NM1 face à Andrézieux, les jeunes joueurs du Pôle France avaient sans doute un peu plus de pression qu'à l'accoutumée. Sur le bord du parquet, les yeux experts de Vincent Collet étaient rivés sur le terrain à chaque instant, tout comme ceux de Ruddy Nelhomme, assistant des Bleus depuis 2010. "J’espérais qu’on allait gagner (ndlr, défaite 54-70). C’est le côté passionné qui ressort ça. J’ai envie de les aider à progresser", racontait Collet le lendemain, après avoir dirigé la séance d'entraînement, évoqué avec les jeunes la rencontre de la veille, et apporté son expertise sur la rencontre.

"C'est un régal de voir Valérie Garnier et Vincent Collet ici, au contact des joueuses et des joueurs du Pôle", se réjouit Tahar Assed-Liegeon, le directeur de la structure. "Ils sont les meilleurs témoins de ce qu'il se passe à très haut niveau. Cela renforce le lien qu'il y a entre les différentes Equipes de France, les jeunes et les A, le Pôle France BasketBall et toute la filière de formation de notre Fédération. C'est un moment fort qui donne tout son sens au travail que l'on fait au quotidien".

 Si Valérie Garnier n'a pas pu regarder jusqu'au bout la rencontre de NM1 de mardi dernier, c'est qu'elle entraînait au même moment le groupe des U18 féminines sur le terrain voisin. Au programme, du travail par poste dirigé par l'entraîneur tricolore, mais aussi par Jérôme Fournier (entraîneur de l'Equipe de France U20), également présent. "C’est vraiment un plaisir pour moi d’être avec elles. Il y a un taux d’écoute, de concentration, de tentative d’application qui est très intéressant", raconte Valérie Garnier. "Cela me permet aussi de voir les joueuses en devenir, car il y en a quelques-unes dans ce groupe-là. Des joueuses qui peuvent prétendre peut-être à faire partie de l'Equipe de France A dans les années à venir... Il y a des joueuses qui m’attirent avec mon œil de coach d’expérience, certaines ont des particularités très intéressantes".

Après avoir également dirigé des séances de travail individuel, les entraîneurs des Equipes de France A ont participé à des réunions de travail avec les entraîneurs nationaux et du Pôle France BasketBall. "On réactualise les contenus de formation, en lien avec ce qu’il se passe au très haut niveau. On travaille sur les tendances, ce qu'on fait à l’entraînement, ce qu'on doit travailler, ajuster sur les aspects pédagogiques, managériaux. C’est une forme de réactualisation en temps réel", explique Grégory Halin, coach des U18 féminines au PFBB. Après une première intervention concernant l'attaque et la défense du pick and roll, les coachs se sont penchés sur le jeu de passe dans son ensemble. "Poursuivre cette oeuvre collective, ce travail d'équipe et conserver cette cohérence, c'est très important pour nous tous", ajoute Tahar Assed-Liegeon. "Le faire avec les entraîneurs des Equipes de France A renforce ce discours et donne de la légitimité à notre travail".

Catégorie: 
Surtitre: 
Pôle France BasketBall
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 16. Octobre 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Les entraîneurs des Equipes de France A, Vincent Collet et Valérie Garnier, étaient présents cette semaine dans les structures du Pôle France BasketBall. Pendant plusieurs jours à l'INSEP, ils étaient sur le terrain pour apporter leurs compétences et de précieux conseils aux jeunes pousses du PFBB.
crédit: 
(Crédit : Bellenger/IS/FFBB)
Pour Newsletter: 

Boris Diaw Parrain

Corps: 

UN PARRAIN DE RENOM
Fort d'une très belle carrière de haut niveau (247 sélections entre 2002 et 2018) et d'une expérience unique outre-Atlantique en NBA, le capitaine emblématique de l'Équipe de France de Basket a souvent été salué pour son rôle de leader, son charisme et son exemplarité. Investi également sur le plan associatif et réserviste dans la marine nationale, BORIS DIAW, qui a côtoyé les arbitres tout au long de sa carrière, incarne parfaitement l'esprit sportif. 

UNE THÉMATIQUE D'ACTUALITÉ
Cette année, la thématique des Journées Nationales de l'Arbitrage est l'engagement en faveur de l'intérêt général. La période que nous traversons montre en effet à quel point le besoin de solidarité, d'échange et de cohésion sociale prend une place prépondérante. Or les arbitres, comme les Postiers, ont une mission de service public. L'intérêt général est leur moteur, il les guide en toute circonstance ; l'engagement au service des autres est leur mission, ils la remplissent tous les jours, partout, pour le bénéfice de tous. 

Plus d'informations sur le site tousarbitres.fr

Catégorie: 
Surtitre: 
Journées nationales de l'arbitrage
Date d’écriture: 
Jeudi, 15. Octobre 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Du 18 au 29 novembre prochains se dérouleront les Journées Nationales de l'Arbitrage dont les objectifs sont de mettre en lumière les arbitres, de sensibiliser les joueurs ainsi que le grand public à l'importance de cette fonction et de susciter des vocations. Boris Diaw, capitaine emblématique de l'Équipe de France de Basket a choisi, cette année, d'apporter son soutien aux arbitres.
Pour Newsletter: 

Retour en vidéo sur la première édition

Surtitre: 
Lab France BasketBall
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 2. Septembre 2020
Vignette: 
Chapeau: 
104 joueurs des Equipes de France jeunes 5X5 et 3X3, 28 entraîneurs nationaux, des cadres des Equipes de France A, le tout sous l'égide de Vincent Collet et Valérie Garnier. Retour en vidéo sur la 1ère édition du Lab France BasketBall qui s'est déroulé la semaine dernière à l'INSEP.
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/DHu_7jh7-_8" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>
Pour Newsletter: 

Lab France BasketBall, symbole du retour au jeu

Corps: 

Aucune compétition internationale. C’est la réponse logique que la FIBA a donné à la pandémie de COVID-19 qui sévit encore sur notre planète. Étapes cruciales des Équipes de France 5x5 et 3x3, séniors et jeunes, ces compétitions rythment les étés de la Fédération. Cette dernière a donc cherché à innover en mettant en place le Lab France BasketBall, nouveau rendez-vous qui devrait devenir un incontournable de la vie fédérale.

Une grande première

"Nous sommes une nation forte du basket mondial. Et le travail de la Direction Technique Nationale est de préparer l’avenir et d’apporter toutes les évolutions techniques nécessaires pour nous maintenir au plus haut niveau. Pendant le confinement nous avons réfléchi à la meilleure manière de reprendre le jeu." Les mots d’Alain Contensoux, Directeur Technique National et Directeur Général de la Fédération Française de BasketBall sont forts. Alors que le monde vit une période particulièrement difficile et que le sport semble relégué au second plan, les hautes instances de la FFBB  réfléchissent à la meilleure manière de reprendre le chemin des parquets. La réponse est alors vite trouvée. Elle se nomme le Lab France BasketBall. Pendant quatre jours, et pour la première fois, les Équipes de France jeunes (U16, U17, U18, U20) et 3x3 (A, U23, U18) se sont donc réunies dans le temple des sports olympiques, à l’INSEP. "Le Lab avait trois objectifs. Le premier c’est la transmission des valeurs d’attachement au maillot des Équipes de France. Le second de réunir les Équipes de France jeunes pour préparer les futures échéances. Le troisième les rencontres intergénérationnelles", précise Jacques Commères, le Directeur de la Performance et des Équipes de France.

Le Lab au jour le jour

Le rassemblement a débuté dès dimanche pour tous les staffs techniques, réunis en séminaire autour de Valérie Garnier et Vincent Collet. "Valérie et Vincent nous ont fait partager leur vision du basket de demain et nous ont fait part des axes de travail sur lesquels nous devions nous concentrer pour préparer les olympiades 2024, 2028 et 2032. C’était un moment très fort et très riche en enseignements", note Alain Contensoux.
Les joueuses et les joueurs des différentes Équipes de France jeunes et 3x3 sont arrivés lundi après-midi, apportant bonne humeur et sourire de tous les instants lors des traditionnels shooting photos et vidéos. Ils étaient ainsi plus d’une centaine à prendre leur marque avant de débuter mardi matin un travail par poste dirigé par Valérie Garnier et Vincent Collet, entraîneurs des Équipes de France A. Pendant près de 4h les jeunes joueuses et joueurs ont pu s’aguerrir au contact de ce qui se fait de mieux en France, profitant de conseils techniques qu’ils devraient mettre à profit lors de leur retour en club. Direction ensuite le stade de football de l’INSEP pour une photo symbole en plein air afin de mieux respecter la distanciation physique. Perché sur une nacelle en hauteur, le photographe Hervé Bellenger réalisait le cliché iconique. Gestes barrières toujours en tête les 150 acteurs de ce rendez-vous, n’enlevaient leur masque qu’au moment du déclenchement. L’après-midi, les jeunes des Équipes de France profitaient d’un moment de partage là encore inédit. Boris Diaw, ancien capitaine emblématique et désormais General Manager des A était présent pour aiguiller les jeunes masculins dans leur prise de parole aux côtés de Florent Pietrus, Frank Ntilikina, Axel Toupane et Lahaou Konaté alors que Céline Dumerc, Sandrine Gruda, Olivia Epoupa, Endy Miyem et Alexia Chartereau faisaient de même avec les féminines.
Mercredi et jeudi jusqu’à midi, le Lab continue de battre son plein aux abords du bois de Vincennes entre colloques et entraînements. Plus qu’une réussite, cette première édition prouve que le retour au jeu est attendu de tous. "L’objectif du Lab France BasketBall, c’était de partager ensemble. C’est une première dans le basket français et sans doute dans le sport collectif français d’avoir l’ensemble des Équipes de France jeunes, des entraîneurs A et de jeunes, des internationaux A qui travaillent et réfléchissent ensemble à l’avenir du basket français" conclut Alain Contensoux.

Surtitre: 
LAB FRANCE BASKETBALL
Auteur: 
Clément Daniou
Date d’écriture: 
Mercredi, 26. Août 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Sevrée de compétitions internationales cet été, la Fédération Française de BasketBall a mis en place le Lab France BasketBall à l’INSEP pendant quatre jours. Une première réussie.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/DHu_7jh7-_8" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>
Pour Newsletter: 

Exploit à Novi-Sad – L’EuroBasket 2005

Corps: 

En match de barrage, les Français ont réussi contre toute attente à éliminer les favoris serbes. Il s’agit alors d’un des plus grand exploit de l’histoire des Bleus. Malgré l’immense déception de la demi-finale, l’équipe de France masculine se mobilise pour aller chercher face aux Espagnols la troisième place synonyme de premier podium européen depuis 1959.

Les joueurs : Sacha Giffa, Jérôme Schmitt, Mamoutou Diarra, Cyril Julian, Frédaric Fauthoux, Antoine Rigaudeau, Frédéric Weis, Boris Diaw, Tony Parker, Mickaël Gelabale, Florent PIetrus, Mickaël Pietrus
Entraineur : Claude Bergeaud

Catégorie: 
Surtitre: 
EuroBasket 2005
Date d’écriture: 
Vendredi, 17. Juillet 2020
Vignette: 
(Bellenger/IS/FFBB)
Chapeau: 
Cruelles 43 dernières secondes de la demi-finale France-Grèce…un match que les Français semblaient avoir en main avec 7 points d’avance et que l’équipe Grecque remportera pourtant avant d’aller conquérir le titre…Un des souvenir les plus durs pour les supporters français…Et pourtant, ce Championnat d’Europe est un grand cru pour l’équipe de France…
Pour Newsletter: 

Comment ça va Nicolas Batum ?

Corps: 

Comment s’est passé la reprise pour les Hornets ?
On a repris mardi 2 juin. Le gouverneur de Caroline du Nord avait tout bloqué jusqu’à présent, pour de bonnes raisons. Le plus important c’est la santé publique. Les choses sont très limitées, très sécurisées, avec pas mal de règles. Nous ne pouvons jouer que 45 minutes, avec quatre joueurs et un coach maximum présent sur le terrain. Mais ça permet de revoir les gars et retrouver quelques sensations.

Les conditions ont l’air extrêmement strict…
Effectivement. Il faut se changer chez soi, prendre sa douche chez soi. Pas le droit de s’arrêter sur le chemin de la salle. Ensuite il faut faire voiture-terrain, terrain-voiture sans croiser personne, escorté par un membre du staff médical. Le tout masqué.

A quoi ressemblent ces entraînements ?
Nous n’avons pas accès à la musculation. Donc ils ont amené le matériel nécessaire sur le terrain. Il y en a un pour le physique et un pour le shoot.

Avais-tu pu jouer à domicile pendant le confinement ?
J’ai un demi-terrain dans le jardin avec un panier. C’était pas mal. J’ai de la chance, j’ai au moins pu jouer avec mon fiston pendant deux mois.

Cela a dû être particulier ce changement de rythme…
C’était le grand point positif du confinement. De dormir quasiment trois mois de suite dans le même lit. Cela a été assez rare dans ma carrière. Ne pas bouger. Ne pas prendre l’avion. Etre à la maison avec ma femme et mon fils. Profiter de moments que nous n’avons pas l’habitude d’avoir entre la NBA et l’Equipe de France où le rythme est assez dingue. Se dire que demain tu ne pars pas pendant un mois. Sans calendrier. C’était un bon moment.

Tu avais adressé une lettre ouverte aux fans de Charlotte il y a quelques mois pour évoquer votre situation. Dans quel but ?
Ce n’était pas forcément une lettre ouverte. Un journaliste local m’a demandé si j’étais d’accord pour une interview. Que les choses se passent bien ou mal je n’ai jamais rien caché, toujours parlé ouvertement. Pendant 15 ans j’ai vécu beaucoup de bons moments mais depuis 18 mois je fais face à une situation pas évidente. Cela fait partie du métier. J’ai répondu à ses questions. Cela n’a pas tourné comme je le souhaitais, comme le club et les fans le souhaitaient. C’est de ma faute même s’il y a plusieurs facteurs. Ça arrive. Mais ça ne remettra pas en cause ces 15 ans. Je ne pensais pas que cet article entraînerait autant de réactions. Le lendemain le coach et le general manager m’ont dit qu’il respectait mon attitude. Ils m’ont dit qu’il était rare que les joueurs restent positifs dans ces circonstances. J’essaye d’être là quand même et de contribuer. La franchise a pris une autre direction. Je le comprends et je l’ai vécu dans l’autre sens quand j’étais jeune et que les vétérans étaient poussés vers la sortie. C’est la vie, ce n’est pas grave. Je gagne bien ma vie et je n’ai pas à me plaindre.

En quoi ton rôle de dirigeant de LDLC ASVEL a-t-il influencé ton analyse de la situation ?
C’est marrant. Je fais beaucoup de réunions et je vais enchaîner deux heures comme dirigeant puis deux heures comme joueur. Je change de casquette. Dans un rôle je dois prendre en compte un certain côté du business. Et dans un autre je ne peux pas accepter certaines choses. Je dois jongler. Un peu schizophrène.

A quoi ressemble le marché ?
Je reste parfois debout jusqu’à deux heures du matin pour regarder, fouiner, parler de l’équipe. On échange énormément avec tout le staff pour mettre sur pieds la meilleure équipe possible. Pour l’instant cela se passe plutôt bien.

Tu es de plus en plus actif sur les réseaux sociaux et sur le e-sport.
J’aime tellement le basket que j’essaye de rester à son contact de différentes façons. J’ai fait quelques interviews avec First Team et nous avions évoqué l’idée de faire une sorte de radio libre une fois par mois pour parler de tout et de rien. Pendant le confinement nous avions tous du temps libre. Parler basket en apportant ma vision différente et mon expérience c’est intéressant. Discuter, débattre, partager c’est cool. Le e-sport c’est tout frais mais c’est le début de nouveaux projets.

Cela permet de réunir des sportifs de tous les horizons…
L’idée est géniale. Rudy Gobert a commencé avec Evan Fournier, Frank Ntilikina et Vincent Poirier. Tony Parker a ouvert à d’autres sportifs et d’autres univers. C’est amusant de mettre de côté nos activités habituelles et que tout le monde puisse assister à ça.

Avec le report des Jeux Olympiques, comment envisages-tu la compétition en 2021 ?
C’est dommage pour cet été. Nous étions dans une bonne dynamique. Mais je ne m’inquiète pas. Vincent Collet et son staff ont été reconduits. C’est bien, on ne change pas une équipe qui gagne. L’aventure était belle à la Coupe du Monde même si nous n’avons pas réussi à réaliser ce qu’on souhaitait accomplir. Nous ne sommes que 4 à avoir vécu les Jeux en comptant Thomas Heurtel. Cela va être une première pour beaucoup. Et il n’y a rien au-dessus des Jeux en tant qu’athlète. L’expérience sera inoubliable et en plus on a la chance d’avoir Paris 2024 dans la poche. On fera tout pour décrocher la médaille qui nous manque depuis 20 ans.

Tu as 11 ans d’expérience en Equipe de France. S’il fallait comparer les campagnes, comment les classerais-tu ?
J’ai toujours dit que 2011 était la meilleure équipe. L’EuroBasket était particulier. On arrivait enfin où on devait être. Le top 4. La finale contre l’Espagne. C’était la campagne la plus aboutie. Nous sommes tous assez d’accord. On n’avait pas le droit de se tromper. Rater les Jeux 2012 aurait été compliqué. Cela a permis d’enchaîner. En 2013 nous sommes champions en faisant trois bons derniers matches. 2014 c’était la surprise. 2015 la désillusion et 2016 l’enchaînement. Cela m’a fait du bien de faire une coupure ensuite. Mon top 3 c’est 2011, 2019, 2013.

As-tu évoqué la victoire en Coupe du Monde sur les Etats-Unis avec tes coéquipiers des Hornets ?
En fait dans le bus, après avoir battu les Américains on s’est dit : on vient de créer une super team. Ils vont revenir surmotivés avec une armada assez folle. Le monde entier le sait. Après on a des arguments. C’est comme au début des années 2010 avec le mélange des générations. Nando et moi arrivons à terme (il rigole). Evan Fournier et Rudy Gobert sont les patrons, les tauliers. J’ai aimé ce qu’Evan a fait. Le patron des 10 prochaines années c’est lui. En 2006 nous étions 5e et heureux. En 2019 nous étions médaille de bronze et pas contents. Cela montre l’évolution du basket français. Et derrière il y a encore beaucoup d’atouts autour. Cela s’est vu avec les qualifs, la France reste compétitive même sans les joueurs Euroleague ou NBA.

Une question concernant le documentaire The Last Dance, tu as préféré ne pas trop te mouiller à propos de la comparaison Michael Jordan-LeBron James ?
Ce sont les deux premiers. C’est clair. Même si Kareem Abdul-Jabbar n’est pas loin. De 4 à 10 on peut parler ensuite. Mon argument c’est de dire qu’il est injuste de juger LeBron James alors qu’il n’a pas terminé sa carrière. Pour l’instant Jordan est numéro un et il le restera peut-être. Parce que quoi que LeBron fasse, ce sera sans doute moins « iconic » comme on dit aux Etats-Unis que ce que Jordan a pu faire. Mais on ne peut pas juger tant qu’il n’a pas fini.

Au sujet des Bulls on a souvent souligné vos similarités avec Scottie Pippen. Qu’as-tu pensé du traitement qui lui était réservé dans The Last Dance ?
C’est mon idole. Depuis que j’ai 7-8 ans. Il faut remettre dans le contexte de l’époque des Bulls. Ce que j’ai aimé c’est d’avoir compris comment Rodman s’est comporté. Comment Pippen s’est comporté. S’il a vraiment agi comme le documentaire l’a montré par rapport à ses négociations de contrat, sa blessure et bien ça ne change rien au fait qu’il reste mon idole. Ça ne remet pas en cause ses 17 ans de carrière, ses deux médailles olympiques ou son passage aux Blazers que j’ai adoré.
 

Interview complète :

Surtitre: 
Equipe de France masculine
Date d’écriture: 
Jeudi, 11. Juin 2020
Vignette: 
Chapeau: 
On est allé prendre des nouvelles de Nicolas Batum : les conditions de reprise de l'entrainement à Charlotte, son top 3 des Equipes de France, son regard lucide sur cette saison avec les Hornets, son idole Scottie Pippen dans The Last Dance, les Jeux Olympiques en 2021 et bien d'autres sujets.
Pour Newsletter: 

Les JO de Tokyo du 23 juillet au 8 août 2021

Corps: 

Le président du comité d'organisation japonais Yoshiro Mori a dévoilé ce lundi lors d'une conférence de presse à Tokyo, les dates des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 qui se dérouleront donc du 23 juillet au 8 août 2021. Prévus cet été 2020, les J.O. ont été reportés il y a quelques jours en raison du COVID-19 et de la situation sanitaire mondiale.

"L'humanité se trouve à présent dans un noir tunnel", a déclaré le président du CIO Thomas Bach dans son communiqué annonçant les nouvelles dates. "Ces JO seront la lumière au bout du tunnel".

Surtitre: 
Equipes de France
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 30. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Les organisateurs des Jeux de Tokyo ont annoncé ce lundi les nouvelles dates des J.O. 2020 : ils se dérouleront du vendredi 23 juillet au dimanche 8 août 2021.

Pages

S'abonner à RSS - Equipe de France masculine