Ligue Féminine | FFBB

Ligue Féminine

Message d'erreur

Warning : array_flip(): Can only flip STRING and INTEGER values! dans EntityCacheControllerHelper::entityCacheLoad() (ligne 73 dans /var/home/ffbb/public_html/sites/all/modules/contrib/entitycache/includes/entitycache.entitycachecontrollerhelper.inc).

Les Bleuettes enchaînent face à la Grèce

Corps: 

Fort de son succès hier contre la Slovaquie (72-41), l’Equipe de France U18 féminine a aligné un nouveau succès au Challenger FIBA. Comme la veille, les joueuses de Julien Egloff ont réalisé un premier quart de très haut-niveau, remporté 27 à 6. Sérieuses et appliquées tout au long de la partie, elles n'ont laissé aucune chance aux Héllènes, qui auront perdu 42 ballons face à la défense tricolore.
Les Bleuettes, emmenées par Fatoumata Toure (15 points) et Anaëlle Dutat (11 points), s'imposent sans problème (72-27). Elles affronteront Israël ce mercredi (14h00) avant de bénéficier d'un jour de repos.

France bat Grèce (72-27)

Surtitre: 
Equipe de France U18 féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Jeudi, 29. Juillet 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Deuxième match et deuxième victoire pour les U18 féminines au Challenger FIBA à Héraklion (Grèce). Les coéquipières de Fatoumata Touré (15 points) ont corrigé la Grèce ce mercredi, qui évoluait pourtant à domicile (72-27).
crédit: 
(Crédit : FIBA)
Pour Newsletter: 

Une seule issue

Corps: 

Les calculettes vont être de sortie. A une condition préalable : gagner. Le nouveau format des Jeux Olympiques ne permet quasiment aucun faux-pas et l’Equipe de France féminine en a commis un majeur d’entrée de jeu contre le Japon. Les deux places réservées aux meilleurs troisièmes se joueront sans doute au point-average et les écarts importants réalisés face à la Corée du Sud et Porto-Rico ne plaide pas en faveur des équipes du groupe B, celui de la France.

Mais les Bleues sont encore loin de penser à ces calculs d’apothicaire et la deuxième place est encore accessible. Il leur faut dans un premier temps retrouver le chemin de la victoire contre une dangereuse formation du Nigeria. Les Africaines ont terminé 8e de la dernière Coupe du Monde et mis à part un deuxième quart-temps fatal face aux Etats-Unis en ouverture (-15) ont fait plus que jeu égal avec les championnes olympiques le reste du temps (60-54).

Lors du dernier rendez-vous planétaire, en 2018 en Espagne, la France avait très largement pris le dessus (+22) lors des matches de classement. Les intérieures avait dominé la rencontre et le style du Nigeria convient sans doute mieux aux troupes de Valérie Garnier que celui tout en vitesse et en mouvement du Japon. Les deux adversaires seront en terrain connu puisque de nombreuses joueuses nigérianes évoluaient en LFB cette saison.

Surtitre: 
Jeux Olympiques - 5x5 féminines
Auteur: 
Par Julien Guérineau, à Tokyo
Date d’écriture: 
Jeudi, 29. Juillet 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Après sa défaite face au Japon, l’Equipe de France féminine est dos au mur avec une seule option : gagner face au Nigeria à 10h20 vendredi.
crédit: 
Presse Sports
Pour Newsletter: 

Un rêve envolé

Corps: 

Jusqu’au bout elles auront fait le travail. Pour leur nouvelle discipline. Malgré la déception, malgré les larmes. Souvent en restant côte à côte pour mieux traverser l’épreuve. Télé, radios, presse écrite, les joueuses de l’Equipe de France ont répondu à toutes les questions. Tenté d’expliquer l’indicible, mettre des mots sur une immense désillusion. "Je suis triste. Très triste et déçue", glissait Marie-Eve Paget. "Avec toute l’énergie qu’on a mise dans ce projet olympique. Rien n’a été facile ces dernières années. Nous étions là où on voulait être ce matin et ce soir on n’a pas ce qu’on escomptait."

Les Bleues avaient deux chances pour une médaille. Elles les ont laissé échapper toutes les deux. Face aux Etats-Unis puis la Chine, deux équipes qui les avaient déjà battues en poule, à chaque fois sur un écart de deux points.  "Quand tu es meilleur il faut que tu battes tout le monde sans qu’il y ait photo", répondait Ana Maria Filip aux interrogations concernant un arbitrage que beaucoup considèreront défaillant. Avec cinq défaites en dix rencontres aux Jeux, les coups de sifflet ne seraient être une explication suffisante. "On a fait des choix défensifs qui n’ont pas été payants. Et des erreurs qui nous ont coûté", analysait Paget à propos de la rencontre face à la Chine. "Après dix matches dans les jambes on n’est pas toujours lucide, à l’image de ma dernière passe."

Comme trop souvent dans ce tournoi, la France a couru perpétuellement après le score après avoir été rapidement menée, gênée par la taille des championnes du Monde chinoises. 1-5, 4-9, 7-11, c’est un coup de chaud de Migna Touré qui a un instant fait croire à un potentiel come-back. Espoir définitivement envolé sur une ultime balle perdue.

Pleinement investies dans le 3x3 depuis plusieurs années, les joueuses de l’Equipe de France vont quitter Tokyo le cœur lourd. "Le staff, les gens qui nous ont accompagnées et qui sont restés en France, les supporters. Ils ont tellement été géniaux qu’ils ne méritaient même pas une médaille de bronze mais une médaille d’or", s’excusait presque Marie-Eve Paget qui tentera d’oublier sa déception en pensant aux milliers de convertis à la discipline. "C’est vraiment le tremplin dont elle avait besoin. Même si on n’a pas de médaille on aura écrit l’histoire."

Les Bleues terminent au pied du podium olympique. Elles ont cependant réussi à faire briller la discipline tout au long de ces 5 jours de compétition et ont marqué les esprits avant les Jeux de 2024, à Paris.

Ana Maria Filip, la capitaine et ses coéquipières, pourront prendre du repos avant de se retrouver le 30 août à Voiron pour le début de la préparation à la Coupe d’Europe 3x3 qui se déroulera du 10 au 12 septembre 2021, à Paris, place du Trocadéro et où elles tenteront de remporter le titre pour la troisième fois consécutive.

Jean-Pierre Situat (Président de la FFBB) : « Cette première édition du 3x3 aux Jeux Olympiques de Tokyo a été un moment émouvant et important pour la promotion de cette nouvelle discipline. Le 3x3 a montré tout son potentiel et a vraiment marqué les esprits. Notre Équipe de France féminine, à une possession contestée d’une finale olympique, a terminé dans le dernier carré, en montrant de la vaillance et de la combativité tout au long de la compétition. Je tiens à remercier Monsieur le Président de la République, accompagné par Monsieur le Ministre de l'éducation Nationale, pour leur présence lors de l’ouverture du tournoi et leur écoute attentive aux valeurs de cette nouvelle discipline qui aura toute sa place en 2024 à Paris. Je donne rendez-vous à toutes et tous, pour venir encourager nos Équipes de France lors de la Coupe d’Europe que nous organisons en septembre au Trocadéro à Paris. »

Alain Contensoux (Directeur Technique National) : « Dans un tournoi très relevé, notre Équipe de France féminine de 3x3 a été valeureuse, portant haut les couleurs de cette discipline et de la France. Cette 4e place n’était pas l’objectif escompté et nous avons un gout amer de notre défaite en demi-finale face aux américaines. Je tiens sincèrement à féliciter les joueuses et le staff technique pour tout le travail réalisé. Ils ont montré beaucoupd’engagement dans la recherche permanente de la performance sans jamais baisser les bras. Nous savons le chemin qu’il nous reste à parcourir pour monter sur les podiums olympiques lors des prochains Jeux à Paris en 2024. »

Catégorie: 
Surtitre: 
Jeux Olympiques - 3x3
Auteur: 
Par Julien Guérineau, à Tokyo
Date d’écriture: 
Mercredi, 28. Juillet 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Battue par la Chine 14-16, l’Equipe de France 3x3 termine à une frustrante quatrième place pour la première olympique de la discipline.
Pour Newsletter: 

Si près si loin

Corps: 

En 3x3 les Etats-Unis n’ont pas encore l’aura d’invincibilité du 5x5. Chez les masculins ils sont même absents du rendez-vous olympique. Chez les féminines en revanche USA Basketball a envoyé l’artillerie lourde au TQO puis à Tokyo avec quatre joueuses WNBA. Battue au TQO puis lors de la phase de poule l’Equipe de France connaissait la puissance de cette escouade et notamment de l’imposante Stefanie Dolson (1,95 m).

Une Dolson qui a débuté son entreprise de démolition dès les premières secondes. Un panier près du cercle, un écran monumental sur Marie-Eve Paget, la pivot du Sky a tout de l’arme fatale dans le contexte de la discipline. Les Américaines ont vite pris les devants (1-4) avant que l’adresse tricolore ne leur permette de raccrocher les wagons (4-5). Team USA n’est pas pour autant un one woman show et le duo Plum-Gray a pris le relais.

La France était au bord de l’implosion mais Ana Maria Filip sortait le grand jeu au meilleur moment avec deux tirs primés inattendus (11-12). Dolson reprenait cependant rapidement ses aises dans la raquette, inamovible et décisive (11-15).

Mais en jouant sur leur mobilité, Guapo et Touré trouaient à répétition la défense US et revenaient à égalité dans la dernière minute (16-16). Deux coups de sifflet et un rebond offensif scellaient le sort de la demi-finale avec deux lancers-francs, l’ultime tentative pour envoyer le match en prolongation passant loin du cercle. "J’y croyais jusqu’au bout. Pour moi c’était impossible qu’on perde. On a fait un très bon match mais on a fait des erreurs sur des petits détails. On a dit qu’il ne fallait pas aller en 7 fautes par exemple et on l’a fait", analysait Ana Maria Filip.

La déception était immense et Migna Touré parvenait à peine à murmurer quelques mots en zone mixte, visiblement très touchée. Le challenge français à 16-16 semblait pouvoir aboutir sur une sortie de balle très litigieuse et le dénouement a particulièrement étonné les Françaises. "Ça n’a jamais été facile avec les arbitres sur cette compétition. On a souvent été pénalisées et pour moi Plum la sort. Mais on ne peut pas revenir en arrière", pestait Ana Maria Filip.

L’heure n’est cependant plus aux regrets et la France doit se remobiliser pour le match pour le bronze. "On va rester ensemble, se détendre, lâcher tout ce qu’il y a à lâcher et aller chercher la médaille au mental", promettait Filip avant d’aller souffer.

Catégorie: 
Surtitre: 
Jeux Olympiques - 3x3
Auteur: 
Par Julien Guérineau, à Tokyo
Date d’écriture: 
Mercredi, 28. Juillet 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Dans un match qui ne s'est décidé que dans la dernière minute notamment sur une décision d'arbitrage très contestable, les Etats-Unis ont éliminé la France (16-18) en demi-finale du tournoi olympique. Il faudra aller chercher le bronze à 13h45.
crédit: 
Ann Dee Lamour/FFBB
Pour Newsletter: 

Entame réussie pour les Bleuettes

Corps: 

Logique respectée. Les U18 féminines n'ont pas raté leur entrée dans la compétition en dominant la Slovaquie ce mardi soir à Heraklion, à l'image d'un premier quart ravageur remporté 25 à 2. Si les troupes de Julien Egloff ont ensuite relâché l'étreinte dans le deuxième quart (perdu 13-20), elles ont ensuite assuré l'essentiel en 2ème période pour s'imposer très largement face à une équipe slovaque (72-41), trop dépendante de Nina Janstova (14 points), et qui aura perdu 43 ballons dans la partie. 

Les Tricolores, dominatrices à l'évaluation (93 à 28), ont pu s'appuyer sur le trio Louise Preneau (12 points), Maia Hirsch (10 points) et Elyah Kiavi (10 points) pour l'emporter. Mais devront néanmoins faire attention aux balles perdues sur le reste de la semaine (22 ce soir) afin d'aller chercher de nouveaux succès dans ce Challenger FIBA.

France bat Slovaquie : 72-41

Les autres matches :
Israel-Espagne (42-55)
Grèce-Pologne (37-61)

Surtitre: 
Equipe de France U18 féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mardi, 27. Juillet 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Premier match et première victoire pour les joueuses de Julien Egloff. Les U18 féminines ont parfaitement réussi leurs débuts au Challenger FIBA organisé cette semaine à Héraklion (Grèce) en dominant la Slovaquie (72-41).
crédit: 
(Crédit : FIBA)
Pour Newsletter: 

Deux chances pour une médaille

Corps: 

Elles en ont passé des heures ensemble. Parcouru des kilomètres. Pour gagner des matches. Récolter des titres. Mais finalement pour en arriver là. A 10.000 kilomètres de Paris. Avec une chance de jouer pour une médaille olympique.

L’Equipe de France 3x3 n’a pas réalisé le tournoi qu’elle avait imaginé et le Japon avait d’ailleurs contribué à semer le doute en s’imposant 15-19 dimanche. Les Bleues ont dû gérer cette nouveauté. La ligne est ténue entre confiance et arrogance et la France n’a pas sombré dans la seconde, attendant patiemment que le vent tourne. Les deux victoires face à la Mongolie et surtout la Russie ont fait beaucoup de bien aux têtes et aux poignets, notamment ceux des deux scoreuses du groupe, Migna Touré et Laetitia Guapo. "Je crois énormément au destin. On perd en match de poule, elles battent les Etats-Unis ce matin. Donc elles arrivent inconsciemment avec la sensation qu’elles peuvent battre tout le monde alors que nous on a galéré", analysait Marie-Eve Paget. "Elles ne s’attendaient peut-être pas à ce qu’on leur rentre dedans."

Guapo, la dernière arrivée dans la bande des quatre, actuelle numéro un mondiale, a parfaitement lancé son équipe, attaquant le cercle avec détermination. Mais c’est surtout défensivement que la différence s’est faite, les Japonaises ne trouvant que de très rares positions propres de tirs, gênées par la densité physique française. 6-3 puis 12-5, les championnes d’Europe semblaient voguer vers une qualification paisible avant qu’un 0-4 ne relance le suspense. Touré se chargeait cependant de conserver un léger matelas avant que plusieurs erreurs n’offrent l’opportunité à Stephanie Mawuli d’égaliser. "Des fois on manque de lucidité mais c’est ce qui fait notre charme. C’était pour le spectateur !", en plaisantait Paget.

Le tir de Mawuli rebondira finalement sur le cercle et la France tient sa place dans le top 4 et peut encore rêver d’une médaille. "Nous sommes là où on voulait être. C’est le principal", soufflait Ana Maria Filip. "Il est hors de question qu’on parte avec la médaille en chocolat. Samedi contre les Américaines, on a pris une tôle donc on a à cœur de jouer un meilleur basket."

La revanche est programmée mercredi à 10h00 en France.

France bat Japon  16-14

Catégorie: 
Surtitre: 
Jeux Olympiques - 3x3
Auteur: 
Par Julien Guérineau, à Tokyo
Date d’écriture: 
Mardi, 27. Juillet 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
L’Equipe de France 3x3 s’est qualifiée pour les demi-finales du tournoi olympique en battant le Japon. Elle affrontera les Etats-Unis mercredi à 10h00.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
Pour Newsletter: 

Le calendrier est connu

Corps: 

La première journée se déroulera le samedi 2 octobre avec notamment le derby du Sud Ouest entre Tarbes et son voisin landais, champion en titre. Après 4 saisons passées en LF2, Angers retrouvera l'élite sur le parquet de Saint-Amand.

Ligue Féminine - Saison 2021/22

Samedi 25 septembre / Match des Champions
Basket Landes - Lattes Montpellier

Samedi 2 octobre / Journée 1
Charnay - Villeneuve d'Ascq
Tarbes - Basket Landes
Saint-Amand - Angers
Bourges - Roche Vendée
Lyon - Landerneau
Lattes Montpellier - Charleville-Mézières

La saison régulière (22 journées) se déroulera entre le 2 octobre 2021 et le 30 avril 2022. A noter que les dates et horaires sont susceptibles d'évoluer à l'issue du tirage au sort des coupes d'Europe (Euroligue et Eurocoupe) prévu le 19 août (rencontres déplacées du samedi au dimanche notamment).

Cliquez ici pour voir le calendrier

Les playoffs et les playdowns débuteront le samedi 7 mai 2022.

Playoffs*
Quart de finale : 7, 10 et 13 mai 2022
Demi-finale : 18, 21 et 24 mai 2022
Finale : 29 et 31 mai, 4, 6 et 9 juin 2022

Playdowns*
7, 10, 13, 18, 21 et 24 mai 2022

*sous réserver de modifications ultérieures

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine - Saison 2021/22
Date d’écriture: 
Mardi, 27. Juillet 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
La Commission Fédérale 5x5 a dévoilé le calendrier de la saison 2021/22 de Ligue Féminine. Elle débutera le 25 septembre avec le Match des Champions entre Basket Landes et Lattes Montpellier.
Pour Newsletter: 

En attendant le quart

Corps: 

C’est un match sans enjeu que l’Equipe de France a disputé pour conclure sa phase de poule. Les Roumaines déjà éliminées, les Françaises 4e ou 5e qualifiées pour les quarts de finale, l’intérêt était avant tout de poursuivre sur la bonne dynamique lancée la veille. "On est bien obligé de jouer", souriait Marie-Eve Paget. "Elles avaient à cœur de finir sur une bonne note et nous on devait confirmer ce qu’on a montré hier et travailler pour le prochain parce que c’est celui qui compte."

Mission accomplie avec la confirmation que Migna Touré est désormais lancée. Elue dans le trois idéal du TQO il y a quelques mois la joueuse de Lattes Montpellier monte en puissance. Auteur de 10 points face aux Russes lundi, elle a puni la Roumanie entre tirs de loin et attaques du cercle. La France trouvait une alternance efficace en servant également Ana Maria Filip sous les panneaux. La taille de l’intérieure tricolore faisait la différence. "Quand les filles qui marquent habituellement les points ont du mal c’est aux autres de prendre le relai. Et on est toutes capables de le faire. Mais ce n’est pas forcément ça qui marche le mieux", analyse Paget. "Là tout le monde a retrouvé les jambes, la confiance et c’est tout ce qui m’importe."

En dépit d’un court moment de flottement qui voyait les Roumaines revenir de 11-6 à 11-10, les championnes d’Europe contrôlaient les débats et pour la deuxième fois du tournoi atteignaient la barre des 21 points avant le buzzer. Rendez-vous désormais à 21h50 pour le quart de finale face au Japon. "C’est le match qu’on attend depuis que la discipline a été présentée comme olympique", prévient Migna Touré. "C’est le rendez-vous absolu."

France bat Roumanie  22-12

Les classements

Catégorie: 
Surtitre: 
Jeux Olympiques - 3x3 féminin
Auteur: 
Par Julien Guérineau, à Tokyo
Date d’écriture: 
Mardi, 27. Juillet 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
L’Equipe de France 3x3 a terminé sa phase de poule sur une victoire contre la Roumanie. Elle affrontera le Japon, à 14h50, en quarts de finale du tournoi olympique.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
Pour Newsletter: 

Les Jeux d’Alix

Corps: 

La blessure d’Olivia Epoupa l’a propulsée sur le devant de la scène dès les premières minutes de l’EuroBasket il y a quelques semaines. A 23 ans, Alix Duchet s’est retrouvé installée aux commandes d’une grosse cylindrée candidate aux médailles. Une responsabilité que la jeune femme a déjà tenu à Bourges où elle a signé l’été dernier, y livrant la meilleure saison de sa carrière (10,1 pts, 3,1 pds). "Je ne réalise pas forcément. Ce sont les Jeux Olympiques donc moi je vais donner 300% pour l’équipe", garantit-elle.

Mardi matin, elle a passé plus de 30 minutes sur le terrain (7 points, 3 passes et 2 interceptions). Indispensable en un mot, d’autant que la France a terminé à +11 lorsqu’elle restait sur le parquet. Face au Japon, sa capacité à tenir la balle et le rythme étaient d’autant plus nécessaires que les championnes d’Asie proposent un basket auquel les équipes européennes ne sont pas habituées. "C’est une dynamique totalement différente. C’est un jeu spécial, très petit, ça court très vite, ça relance très vite. Ça trappe très fort et de n’importe où. On ne sait jamais d’où ça va venir et quand ça va venir. Ça drive de partout, ça shoote de très loin. Il faut être dans la vivacité en permanence, une concentration de tous les instants", soufflait Duchet à la sortie de la rencontre.

Face à la pression constante sur la balle, la meneuse berruyère a tenté d’appliquer le plan de jeu et d’amener le ballon près du cercle. Puis de profiter des prises à deux pour shooter. Une tendance qui s’est retrouvée dans la feuille de stats avec seulement 6 lancers-francs tentés par la France tandis que les Japonais se présentaient à 23 reprises sur la ligne. "Nous avons beaucoup joué à l’intérieur, au début ça fonctionnait bien, on a trouvé les grandes. Quand ça a trappé très fort ça ressortait pour des tirs, ça explique peut-être le manque d’agressivité."

Battue 70-74 pour son entrée en lice, la France est déjà face au mur. La qualification en quart de finale passera impérativement par une victoire face au Nigeria vendredi prochain, en soignant si possible le point average. Un adversaire très physique et qui n’aura rien à voir avec le Japon. "Un mot pour le prochain match : combat", prévenait Duchet avant de rejoindre le village olympique.

Surtitre: 
Jeux Olympiques - 5x5
Auteur: 
Par Julien Guérineau, à Tokyo
Date d’écriture: 
Mardi, 27. Juillet 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Une arrivée à Bourges, une première médaille en compétition internationale et 30 minutes pour ses débuts olympiques, Alix Duchet a vécu une année particulière.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
Pour Newsletter: 

Déjà dans les cordes

Corps: 

Le réveil a sonné à 5h40 ce matin dans le village olympique pour l’Equipe de France. Certaines ont de l’énergie à revendre dès le saut du lit et il fallait espérer que les Tricolores rentrent dans cette catégorie pour faire face au basket si dynamique du Japon. Les Japonaises imposent en effet un rythme effréné à base de relances rapides, de tirs en première intention et d’une agressivité de tous les instants en défense. La seule solution pour compenser un déficit physique évident.

Et la méthode fonctionne. Les Tricolores ont beau avoir réalisé un meilleur départ, alimentant Sandrine Gruda près du cercle et profitant de la présence imposante d’Helena Ciak au rebond offensif, elles ont surtout vu avec soulagement les troupes de l’Américain Tom Hovasse vendanger les nombreuses positions qu’elles étaient parvenues à se créer. Et dès que l’adresse refit son apparition dans l’immense Saitama Super Arena, l’intéressant matelas français (17-9) eut tôt fait de disparaître à la faveur d’un 1-10 à cheval sur deux quart-temps. Les intérieures trappées à la vitesse de l’éclair, ce sont les arrières qui ont continué à alimenter la marque, Marine Johannès et Alix Duchet en tête. Le Japon répondait avec ses armes : du mouvement, du mouvement et encore du mouvement. Un ballet incessant de drives, de coupes et d’écrans qui oblige à une attention et des efforts de tous les instants.

La France a tant bien que mal contenu les assauts nippons mais a sombré au retour des vestiaires, multipliant les fautes et peinant à contenir la minuscule Rui Machuda, pile électrique d’1,62 m. La meneuse japonaise mène des raids déterminés vers le panier et sème la panique lorsque les changements défensifs peinent à s’effectuer (11 passes décisives). Elle a permis à son équipe de signer un 3-13 en cinq minutes pour prendre fermement le contrôle des opérations (39-47). Il fallait toute la science du jeu dos au panier de Sandrine Gruda et l’activité de Gabby Williams pour ne pas totalement décrocher.

La résistance payait en début de quatrième quart-temps avec un excellent passage de Sarah Michel associée à Alix Duchet pour contrer la pression japonaise et l’abattage de Williams. Un spectaculaire chassé-croisé s’installait alors dans les quatre dernières minutes, chaque équipe prenant tour à tour la tête. A une minute du buzzer le Japon, mené d’un point, enchaînait un 2+1 de Maki Takada puis un tir primé assassin de Moeko Nagaoka (78-74). Un typhon est attendu dans la soirée sur les côtes japonaises mais c'est bien une pluie de trois-points qui s’est abattue sur les Bleues dans le money time (5 sur la période).

Le tournoi olympique féminin vient à peine de commencer mais la France est déjà en grand danger dans sa quête des quarts de finale.

Japon bat France  74-70

Les réactions
Gabby Williams : "C'est dur de jouer 40 minutes contre une agressivité comme ça. C'est dur de jouer à 10h du matin mais le Japon s'est levé à la même heure que nous donc ce n'est pas une excuse."

Endy Miyem : "Ce n'est pas facile. On a répondu présentes mais dans ce genre de compétition ça se joue à pas grand-chose et notamment quand on a l’avantage ne pas rendre des munitions pour revenir dans le match. C’est une très belle équipe qui transite très vite de la défense à l’attaque. On n’a pas le temps de réfléchir, c’est action-réaction et tout le match comme ça. Elles sont très rapides, très vives ce qui force beaucoup à communiquer. Il faut se remettre la tête à l’endroit maintenant. Il ne faut pas se morfondre pendant 100 ans mais avancer."

Valérie Garnier"Nous avons eu beaucoup de hauts et de bas individuellement comme collectivement. Et à chaque fois qu’on fait une erreur contre le Japon elles marquent à trois-points, elles sont d’une adresse redoutable. C’est toujours mieux de commencer une compétition en gagnant mais il reste deux matches pour atteindre notre objectif des quarts de finale. Ce que je sais c’est qu’il faut jouer pour gagner ces rencontres qui suivent. Il va falloir trouver de la stabilité quand on rentre sur le terrain. Plein de petits détails font qu’on perd de 4 points. C’est un jeu si particulier. Nous n’avons pas l’habitude de ce basket asiatique. On leur a posé problème en mettant la balle dessous et elles, de leur côté, ont fait sortir les grandes."

Sandrine Gruda : "Je sais que notre groupe est compliqué. Et je sais à quel match il fallait être présentes. Et nous ne l’avons pas été. L’agressivité a joué un grand rôle aujourd’hui, surtout en défense. En général l’Equipe de France est connue pour sa défense et encaisser 74 points c’est beaucoup trop. On s’est fait trouer à bien des reprises."

Surtitre: 
Jeux Olympiques - 5x5 féminin
Auteur: 
Par Julien Guérineau, à Tokyo
Date d’écriture: 
Mardi, 27. Juillet 2021
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour son entrée en lice, l’Equipe de France féminine a été battue par le Japon (70-74), rendant plus délicat le chemin vers la qualification pour les quarts de finale.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
Pour Newsletter: 

Pages

S'abonner à RSS - Ligue Féminine